Visite de l’exposition : Ilya Répine (1844-1930) : peindre l’âme russe

Les haleurs de la Volga

Le musée du Petit Palais consacre une vaste rétrospective à Ilya Répine, l’une des grandes gloires des peintres russes mais artiste un peu oublié en France.

Né dans une famille de serfs en 1844, il se forme à la peinture d’icônes dans son village natal de Tchougouïev (Ukraine). A 20 ans il intègre l’Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg. Ses qualités de portraitiste lui assurent rapidement des commandes en Russie mais aussi lors de ses séjours en France.  Professeur puis recteur de l’Académie impériale des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg, il observe la scène artistique et forme de nombreux élèves. Témoin de tous les bouleversements de la Russie de son temps, Répine participe notamment au mouvement des Ambulants qui prône une peinture proche du peuple. Son grand tableau « les haleurs de la Volga », présent dans l’exposition, en est un exemple remarquable.

La scénographie choisie par le Petit Palais est très colorée. Elle offre un panorama de l’œuvre en quatorze salles et autant de facettes : Saint-Pétersbourg, Paris, le cercle familial, la vie en Russie, Répine portraitiste, l’ancienne Russie, Ivan le terrible : une œuvre iconique, le régime tsariste, Léon Tolstoï : le « comte-moujik », la gloire et les doutes, départ pour la Finlande, la Révolution russe, les dernières années.
On apprécie particulièrement les textes des cartels qui éclairent chaque œuvre par des commentaires détaillés.

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *