La collection Morozov. Icônes de l’art moderne.

Valentin Sérov, Portrait du collectionneur de la peinture moderne russe et française Ivan Abramovitch Morozov , Moscou, 1910. Galerie Trétiakov, Moscou

Après la collection Chtchoukine en 2017, la fondation Vuitton ouvre le second volet d’Icônes de l’art moderne par la présentation de la collection des frères moscovites Mikhaïl Abramovitch Morozov (1870-1903) et Ivan Abramovitch Morozov (1871-1921).

Ce sont plus de 200 chefs-d’œuvre d’art moderne français et russe qui voyagent pour la première fois en dehors de la Russie et dialoguent sur les murs de la Fondation.

En savoir plus

Jean-Michel OTHONIEL

Le théorème de Narcisse

Au delà de l’effet miroir, les sculptures d’Othoniel font voyager dans un espace composé de courbes et de lignes multicolores. Un bon moment de poésie et de paix !

Cette exposition est un message d’ouverture offert gratuitement au public. Elle est placée sous le signe du ré-enchantement et de la théorie des reflets que l’artiste développe depuis près de dix ans avec la complicité du mathématicien mexicain Aubin Arroyo. Cette invitation au rêve nous permet, le temps de l’exposition, de résister à la désillusion du monde.

En savoir plus

Musée du Petit Palais
Av. Winston Churchill, 75008 Paris

Exposition temporaire jusqu’au 9 janvier 2022

Visite de l’exposition Georgia O’ Keeffe

Georgia O’ Keeffe (1887/1987) est une peintre américaine considérée comme une des peintres modernistes et des précisionnistes majeures du XXe siècle. Ces premières œuvres au fusain témoignent de son ancrage dans une tradition marquée par le naturalisme et le vitalisme de l’art nouveau. A la fin des années 1910, son art s’inspire de l’érotisme présent dans les aquarelles de Rodin ainsi qu’à la synthèse formelle et au mouvement vers l’abstraction. Son bio-morphisme ( caractéristique d’une œuvre d’art abstraite dont les formes sont empruntées à la nature, à l’univers organique, mais sont représentées de façon simplifiée ) montre qu’elle a fait le choix d’un art résolument attaché au monde sensible et à ses ressources symboliques.

L’exposition au Centre Pompidou est terminée depuis le 6 décembre mais une vidéo de la visite présentée par Didier Ottinger, commissaire de l’exposition est disponible sur le site du musée.

Oriental Poppies, Georgia O’Keeffe, 1927.
Weisman Art Museum at the University of Minnesota, Minneapolis © Georgia O’Keeffe Museum / Adagp, Paris, 2021

Visite de l’exposition : Ilya Répine (1844-1930) : peindre l’âme russe

Les haleurs de la Volga

Le musée du Petit Palais consacre une vaste rétrospective à Ilya Répine, l’une des grandes gloires des peintres russes mais artiste un peu oublié en France.

Né dans une famille de serfs en 1844, il se forme à la peinture d’icônes dans son village natal de Tchougouïev (Ukraine). A 20 ans il intègre l’Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg. Ses qualités de portraitiste lui assurent rapidement des commandes en Russie mais aussi lors de ses séjours en France.  Professeur puis recteur de l’Académie impériale des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg, il observe la scène artistique et forme de nombreux élèves. Témoin de tous les bouleversements de la Russie de son temps, Répine participe notamment au mouvement des Ambulants qui prône une peinture proche du peuple. Son grand tableau « les haleurs de la Volga », présent dans l’exposition, en est un exemple remarquable.

La scénographie choisie par le Petit Palais est très colorée. Elle offre un panorama de l’œuvre en quatorze salles et autant de facettes : Saint-Pétersbourg, Paris, le cercle familial, la vie en Russie, Répine portraitiste, l’ancienne Russie, Ivan le terrible : une œuvre iconique, le régime tsariste, Léon Tolstoï : le « comte-moujik », la gloire et les doutes, départ pour la Finlande, la Révolution russe, les dernières années.
On apprécie particulièrement les textes des cartels qui éclairent chaque œuvre par des commentaires détaillés.

En savoir plus

Visite de l’exposition : Christelle Téa « LA CROQUEUSE DE MUSÉES »

Christelle Téa est une jeune artiste qui a rassemblé une soixantaine de dessins réalisés sur le vif, de musées et sites de la ville de Paris.

 

Sans esquisse préparatoire ni repentir, Christelle Téa saisit à l’encre de chine l’atmosphère des lieux qu’elle dessine, avec myriade de détails, tantôt historique, tantôt contemporain qui vibrent et s’animent comme de la dentelle.
Elle montre que ces endroits sont de formidables lieux de vie.

En savoir plus

Musées dessinés
du 09 Septembre au 05 Décembre 2021
Musée Cognacq-Jay –
8 rue Elzevir – 75 003 Paris

 

Place aux œuvres du Grand siècle

Le Petit château de Sceaux. CD 92/Julia Brechler

Le Petit château du domaine départemental de Sceaux ouvre ses portes aux visiteurs après cinq ans de fermeture. Il devient le pavillon de préfiguration du futur musée du Grand siècle en cours d’aménagement à Saint-Cloud qui présentera les arts du XVIIe siècle français.

En attendant l’ouverture de celui-ci, les visiteurs découvriront à Sceaux les arts à l’époque Louis XIII, des expositions de dessins et d’œuvres précieuses, des tableaux notamment ceux de la donation Rosenberg qui seront présentés par roulement.

En savoir plus

A poils … et à plumes ! à la Maison des arts d’Antony

« A poils … et à plumes ! » est le dernier volet d’une trilogie d’expositions que la Maison des Arts d’Antony consacre à l’utilisation de matières naturelles par les artistes contemporains.

Josiane Guitard-Leroux et Laura Sánchez Filomeno imaginent des œuvres créées à partir de cheveux alors que Nelly Saunier et Claire Morgan utilisent la plume ou l’oiseau.

En savoir plus

La culture en ligne


Le site CULTURECHEZNOUS développé par le ministère de la Culture, donne accès en ligne et gratuitement à des centaines de contenus (musées en 3D, expositions virtuelles, films, documentaires, podcasts, concerts et pièces de théâtre filmés, livres numériques et audio-livres, jeux vidéo, ateliers artistiques et plastiques à faire chez soi, matériel ludo-éducatif, cours magistraux, archives, etc.). On peut butiner au fil des découvertes ou bien utiliser l’outil de recherche pour s’orienter vers ses centres d’intérêt.